Montpellier : Macron porte plainte pour harcèlement électronique

Un ministre qui fait craquer les jeunes femmes, c’est rare en France. Emmanuel Macron a eu cette chance, mais sa groupie, originaire de Montpellier s’est montrée un peu trop envahissante à son goût.

macron

Entre le ministre de l’Economie et une étudiante de 29 ans, qui lui exprimait sa passion dévorante sur internet, le courant n’est pas passé. Harcelé de messages sur sa boîte mail, dont certains comportaient des photos dénudées, l’homme fort de gouvernement, chouchou parmi les chouchous de François Hollande, s’est décidé à porter plainte le 16 février contre son admiratrice. Saisie de l’enquête, la police judiciaire a débusqué la groupie à 750 kilomètres au sud de Paris, à Juvignac (Hérault) très exactement où elle est domiciliée. Il s’agit d’une gabonnaise inscrite en fac de droit à Montpellier. En septembre dernier, la jeune femme, éperdument amoureuse du ministre trentenaire, a commencé à l’abreuver de déclarations enflammées qu’elle transmettait directement sur sa messagerie personnelle, sans que ces lettres d’amour ne suscitent d’ailleurs la moindre étincelle de réaction chez leur prestigieux destinataire. Mais, au fil des mois, Emmanuel Macron a tout de même fini par s’inquiéter devant les démarches répétées, et de plus en plus osées, de cette étudiante décidément un peu trop pressée et pressante.
Facilement identifiée grâce à son adresse électronique, la jeune femme a été placée en garde-à-vue jeudi après-midi pour « messages réitérés malveillants en vue de troubler la tranquillité d’autrui », infraction qui l’exposait, en cas de poursuites, à un an de prison et 15 000 euros d’amende. Finalement, un simple rappel à la loi lui a été signifiée.

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse